Coin des Enfants, Pensées / Articles, Spiritualité, Méditation

Dans la peau d’un enfant…

L’événement marquant de ce début de mois de septembre est, bien évidemment, la rentrée scolaire !!

Je dis bien marquant car, à mon avis, nous sommes beaucoup à avoir des souvenirs de ces moments si particuliers, dans nos histoires d’enfants !

montessori.png

Nous avons, tous, des souvenirs, une anecdote, à raconter à ce sujet !

Aujourd’hui, j’ai , donc, décidé d’écrire cette pensée pour plusieurs raisons !

La première est le fait d’être parent ! Accompagner son enfant, nous renvoie, souvent, à nos propres expériences, notre propre vécu, nos propres références ! Cela nous permet de raviver certains souvenirs oubliés, de se remémorer des états, des ressentis, des émotions, qui nous ont traversé  dans ces moments !

La seconde raison est le fait que nos souvenirs marquants, le sont, généralement, car ils ont été vécus de manières intenses, émotionnellement et sensoriellement !

Vous savez bien, maintenant, que nos émotions et nos sens ont leur part à jouer dans la construction de nos souvenirs et de notre mémoire ! Vous savez, la fameuse « Madeleine de Proust », par exemple !

Alors, voilà, je vais, donc, essayer de me projeter, un peu comme si, j’étais à la place d’un enfant se réveillant pour se rendre à sa journée de rentrée scolaire, dans un état de présence attentive  ! Focus sur les sens et les perceptions !

emotion sens.jpg

Voyons voir ce que cela pourrait donner si un enfant était en capacité d’exprimer son vécu sensoriel et émotionnel de certains moments de sa journée en conscience 🙂

« Comme tous les matins, j’ouvre les yeux !  Mais ce matin là, je sais que c’est différent, je le sens dans mon corps !

D’ailleurs, je me suis réveillé plus tôt que d’habitude, je me sens agité, je ne tiens pas en place, un peu comme si je m’impatientai de quelque chose qui allait arriver ! Il est encore tôt, je n’entends aucun bruit dans la maison, je ressens encore l’atmosphère de la nuit ! Et je n’ai pas entendu la cloche de l’église sonner non plus !

Ça y est elle sonne !! Je peux me lever ! Ce matin change un peu des réveils des jours précédents ! Papa me presse un peu plus…mais moi, je ne pense déjà plus au fait que ce soit un jour spécial, je me suis plongé dans l’histoire d’Anatole jusqu’à en oublier de manger mon petit déj ! Allé hop hop ! c’est parti ! Ça m’embête un peu comme toujours mais je me soumets au marathon matinal pour « être à l’heure » comme disent les parents !!

Premiers pas dehors ! Oula !  La luminosité n’est pas comme d’habitude, et il fait plus frais que ces derniers jours ! Je n’ai pas ressenti ça depuis quelques temps maintenant ! Je ne me rappelais plus ce que c’était de sortir à cette heure bien matinale !

Je rentre dans la voiture, l’odeur n’est pas la même la matin ! Peut être à cause de l’humidité. Mais, j’aime bien aussi ressentir les rayons du soleil, à travers les fenêtres, me réchauffer le visage ou le bras !

Je ressens bien que ce matin n’est pas un matin habituel ! Mes sens et mes ressentis me le signalent ! Ce n’est pas la première fois que je vis ce genre de moments mais je ressens les choses comme si c’était la première fois pourtant !? J’ai l’habitude de cette odeur, de cette chaleur, de ce chemin, mais cela faisait longtemps ! Je crois que cela me rassure car je sais que je reprend mes habitudes, je vais vers quelque chose que je connais même si en vérité, tout est nouveau ce matin !!!

Nous arrivons ! Oula, il y a beaucoup de personnes dans la cour de récréation ! Je vais rester près de papa ! Je sens bien que mon cœur s’emballe à la vue de tout ce monde, je commence même à avoir un peu chaud ! Papa me parle mais j’entends à peine ce qu’il me dit tellement il se passe de choses en moi !! Des questions, des pensées, des inquiétudes…

Est-ce que mes copains sont là  ? je ne les vois pas !? Allé ! Papa, on avance, « oui, oui bonjour », désolé, mais là je ne peux pas trop répondre à toutes vos questions de parents, je suis bien trop impressionné ! Mon corps passe par milles sensations à la minutes, je pense à pleins de choses en même temps !

Est-ce que mes copains sont là ? Je vais être tout seul s’ils ne sont pas là ? Ils sont peut être déjà rentrés ? ou pas arrivés ? allé papa, on rentre, on rentre..

Ah ça y est j’en vois quelques uns ! Ouf ! soulagement ma petite boule au ventre peut partir ! Mais je dois rester là, je dois attendre qu’on appelle mon nom ! Ça y est on m’appelle ! Papa, tu viens, euh non les parents restent ici !? Bon bah salut papa !

Je m’arrête, là, dans le déroulé de la journée sinon, dans trois jours, je suis, encore entrain d’écrire ! Mais vous avez compris l’idée !

J’aurai pu vous parler, aussi, de l’importance des odeurs des salles de classe, voir même, des écoles, en général ! Nos références sensorielles ont bien du changer ! Pour certains, ça sera l’odeur de craie blanche qui les auront marqué, alors que pour d’autres ça sera, plutôt, l’odeur du stylo velleda, ou l’haleine d’un professeur qui sait !

Aujourd’hui, c’est la rentrée scolaire qui vient raviver des souvenirs ! Mais, accompagner son enfant, marcher à ses côtés dans ses propres expériences de la vie, nous renvoie forcément à notre propre histoire !

Je trouve cet aspect de la parentalité intéressant dans le cheminement personnel. Nos enfants viennent réactiver des choses de notre enfance, mais aujourd’hui, nous pouvons les regarder de notre œil d’adulte ! Cela participe autant à mieux comprendre et accompagner nos enfants qu’à prendre du recul sur notre propre histoire, ajuster le sens de notre histoire !

Pour finir, je vous laisse avec ces mots écrient par Khalil GIBRAN, dans le Prophète, à propos des enfants :

khalil

« Vos enfants ne sont pas vos enfants.

Ils sont les fils et les filles du désir de Vie.

Ils viennent par vous, mais non de vous,

Et bien qu’ils soient avec vous, ils ne sont pas à vous.

Vous pouvez leur donner votre amour, mais pas vos pensées, car ils ont leurs propres pensées.

Vous pouvez abriter leurs corps, mais pas leurs âmes, car leurs âmes habitent la maison de demain, que vous ne pouvez visiter, pas même dans vos rêves.

Vous pouvez vous efforcer de leur ressembler, mais ne les obligez pas à vous ressembler.

Car la vie ne revient pas en arrière et ne s’attarde pas sur le passé.

Vous êtes les arcs qui propulsent vos enfants comme de vivantes flèches.

L’archer voit la cible sur le chemin de l’infini, et Il vous courbe de toute Sa force afin que ses flèches partent vite et loin.

Laissez-vous tendre joyeusement dans la main de l’Archer, car Il aime autant la flèche qui fuse que l’arc qui demeure immobile. »

2 réflexions au sujet de “Dans la peau d’un enfant…”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s